Le Peintre à Honfleur.

 

 

 

 

Il a le regard qui flash. Ses yeux caressent le paysage, contournant les rondeurs,

prenant de la distance et fixant les couleurs.

Il piétine à petits pas sautillants, s’exaspérant de notre lenteur.

Le « trait » est dans sa tête. Le sujet prend de l’ampleur.

Son cœur est sa palette, l’instrument de ses humeurs.

Ses doigts, tels des pinceaux, pianotent fébrilement sur l’appareil photo.

Il veut emporter le sujet, l’enfermer à jamais pour le restituer dans un éclaboussement écarlate !

Renaissance dans la douleur,

accouchement d’un leurre.

Il est le loup devant la proie, il s’en empare et la foudroie !

Mais sur le tableau immaculé, elle renaîtra !

Je fais partie de l’aquarelle,

petite tâche dans un coin de pastels,

j’aimerais tant, moi aussi,

…colorer la vie.

Mais je n’ai que des mots à poser dans la marge.

Les lettres sont ma gouache et la page est ma toile.

L’homme en rouge est passé …

voleur d’âmes et de pensées,

au pays des « marines » enchantées,

il a tout emporté !

 

Antonin POLLINA est parti pour le paradis des peintres.....une pensée pour lui ANY