« Il y a un chemin

Qui ne mène à rien

Ce sera le tien

Je lâcherai ta main.

Seul, tu avanceras.

Pour faire ce voyage

Vers le grand naufrage"

Ce matin, le printemps est là

Le cerisier est en fleurs

Et ces putains d’oiseaux

Ont entonné leur chœur.

Si le mien se soulève

C’est de déborder trop

Une vie qui s’achève

C’est un bateau qui part

Le tien n’est pas bien gros

Mais déjà il s'égare.

Je te vois t’éloigner,

Sur les vagues ,emporté,

Loin de mes bras tendus

Voilà, je t’ai perdu !