Comme dans un Renoir,

Tu as lissé tes cheveux noirs.

Nous avons étalé sur l’herbe

La couverture à carreaux

Et avons conjugué le verbe

« Aimer trop » !

Sur ta bouche du chocolat

A engourmandé ton baiser,

Le bonheur est passé par là

Et la rivière a murmuré

Des clapotis de « tu verras ».

Comme dans un Renoir

Ma jupe a froufrouté l’espoir

Que cette heure toujours soit !

Sur nos visages extasiés

Se rapprochant à se frôler 

Le peintre a d’un coup de gouache,

Rougit les lèvres et les joues

Faisant surgir comme des tâches

…De sang… sur nous.

Comme dans un Renoir,

Nous avons gardé la pose

Nous refusions de croire

Qu’il y a fin à toute chose.

Mais le tableau est accroché

Au  bric à broc des  pensées

Je vais parfois le regarder

…S’empoussiérer